Les Dimanches des arts urbains, colloque-performance, Learning Center Villes Durables, Dunkerque, 20.10.2019

 

Ostéo-Prose Sonore, (Fragment de 15 min)

Au commencement, ce projet naît de la rencontre avec des matériaux et des objets orphelins, que le temps a su retenir. Ces fragments épars, maintes fois déplacés, observés, tournés en tous sens, s’agrègent en une évidence qui fait oeuvre. Bientôt, de petites chimères se matérialisent et ne demandent qu’à jouer. 

Réalisées en bois, corne, os, roseau, osier, cuivre ou papier, chaque structure sonore s’apparente à une des familles d’instruments acoustiques. A l’écoute des matériaux naturels, ces objets de reliaison suspendent le temps de ceux qui n’en ont plus, sous forme de questions sur le devenir de la nature humaine, son altérité et les enjeux de sa condition. Un roseau qui frémit, un os qui chante, la moindre anfractuosité stimule l’imaginaire et ses nuances conduisent au langage de l’intime et de l’universel. Le lien subtil des sens au sens - du sacré dans la nature, de la nature du sacré et de la culture dans les gestes du quotidien - la question du réel et du vivant s’étend au siège de l’âme et de la pensée, en la présence d’une boite crânienne muée en ocarina. La conque est un autre exemple d’abri consubstantiel à la vie. D’autres donnent à entendre le zéphyr ou le son du bronze, en autres fragments d’Ostéo-Prose Acoustique. 

Erik Nussbicker

Télécharger le PDF

Energeia - Exposition collective - Topographie de l’art, curator Pascal Pique, 15.11.2019 – 15.01.2020 - 15 rue de Thorigny 75003 Paris

 

Energeia
l’énergétique des œuvres d’art

L’exposition Energeia propose une vision et une expérience inédite des œuvres d’art qu’elle invite à considérer sous l’angle énergétique. Elle correspond à une nouvelle culture de l’énergie, ou plutôt des énergies, qui se déploie actuellement. Cette profonde mutation touche autant le développement personnel que celui de l’économie de la culture et des sciences. L’art et la création sont l’un des lieux d’expérimentation privilégiés de ce mouvement car ils permettent de cristalliser et d’objectiver, c’est à dire de visualiser et de ressentir véritablement ce qui est de l’ordre de l’invisible des énergies. 

L’exposition Energeia est une première car elle envisage l’art comme un vecteur et un transformateur d’énergies. Elle est aussi la première du genre à proposer à son public de vivre et d’expérimenter de manière concrète et directe ces phénomènes à travers les œuvres et leur disposition. Elle nous engage également à réinvestir un certain rapport à l’art dans le sens du bien-être, de la prophylaxie et du prendre soin, de soi, des autres et du monde. 

Pascal Pique